Ce week-end a eu lieu le Congrès 2018 des Jeunes Libéraux-Radicaux. Les Valaisans y étaient présents par une délégation conséquente : Thomas Birbaum, Romain Darioli, Aurélien Santi, Jonas Egli, Pierre Loretan, Guilhem Grept et Mathieu Couturier. Le déroulement a été commenté en direct sur Twitter et Instagram (@jlrvalais).

Le premier jour fut celui des positionnements du parti sur les grands objets. La loi sur les jeux d’argent (LJar), contre laquelle nous avons réussi à provoquer un référendum, a été logiquement rejetée. L’initiative populaire «monnaie pleine» également : sa formulation beaucoup trop extrême la rend irréaliste. Le vote d’un papier sur la numérisation 4.0 a été l’occasion de discuter sur la neutralité du net. Notamment défendue par Pierre Loretan, celle-ci a été formellement reconnue par le Congrès. Celui-ci a également refusé l’initiative contre la dissimulation du visage : notre Constitution n’est pas un dress code. Nous relevons aussi que le comité suisse soutiendra mieux les sections cantonales, surtout en termes de communication.

Le repas du soir s’est déroulé au cours d’une croisière sur le Rhin. Cela a été une excellente occasion de rencontrer des membres venant de toute la Suisse et qui partagent nos idées, permettant ainsi de développer le réseau valaisan.

Le deuxième jour a vu le renouvellement du comité directeur. Les sections romandes ont fait front derrière Nicolas Jutzet pour le poste de responsable des cantons. Nous considérions sa candidature comme très sérieuse, pragmatique et concrète tandis que le candidat sortant, un Tessinois, n’avait jamais, en deux ans et demi de mandat, réussi à convaincre. Notre président Thomas Birbaum n’a pas ménagé ses critiques, estimant que le Tessinois n’avait jamais effectué le travail qu’on attendait de lui. Ainsi une stratégie a été mise en place pour le remplacer par Nicolas Jutzet, dont l’engagement en faveur des JLR n’est plus à démontrer. Malgré de nombreuses prises de parole favorables dans l’Assemblée, dont celle de notre président, il n’a toutefois pas réussi son pari. Le 1er tour s’est terminé par une égalité entre les deux candidats (62 contre 62 !). Au 2e tour, les abstentionnistes se sont reportés sur le candidat sortant et la logique des quotas a pris le pas sur la logique des compétences et de l’engagement.
La section valaisanne a également présenté Mathieu Couturier pour le poste d’International Officer. Le combat était rude pour lui, car il était opposé à deux autres candidatures très solides celle d’un Bernois et celle d’un Schwyzois. Malgré le plaidoyer de Guilhem Grept (président des JLR Chablais&Région), il n’a malheureusement pas été retenu par l’Assemblée. Pourtant, il a réussi par sa candidature à gagner une notoriété importante et à imposer son sérieux, consolidant la place du Valais au niveau suisse et préparant le terrain pour le futur.

Le choix des délégués au PLR suisse a vu l’élection de deux Valaisans : c’est une très bonne nouvelle pour la représentation de notre canton au sein de la stratégie suisse du parti mère.

Nous remercions tous les membres présents pour leur temps et nous nous réjouissons du futur : nous montrons que la jeunesse peut être responsable et que son engagement n’est pas seulement celui de l’agitateur de service.

? Les photos sont disponibles en suivant ce lien.

#jfsk18