Il est PLR et il a un bilan ! En tant que sortant, il a officié pendant 4 ans et est actuellement vice-président du Conseil d’État. Il est donc logique que pour maintenir stabilité et sécurité dans notre canton, nous devons réélire Frédéric Favre mais au fond Frédéric Favre au conseil d’État, ça signifie quoi ?

En tant que chef du département des institutions, il a mis en place la professionnalisation des APEA, si bien que la protection des enfants et des adultes sera faite de manière efficiente tout en restant proche des personnes qui ont besoin d’être aidées. Cette professionnalisation est un grand pas dans le domaine du droit de la famille dans notre canton. Chacun va maintenant pouvoir profiter d’un service professionnel à l’écoute des familles, des enfants et des adultes.

Frédéric Favre, ce sont aussi des avancées notables de notre canton dans la diversité de nos institutions. En 2017, Frédéric nomme la première femme cheffe de service de notre canton dans le cadre d’une volonté qu’il a toujours défendu : ”Mettre les femmes au cœur du canton”. Depuis son arrivée, Frédéric Favre a toujours mis en avant les femmes au sein de postes clefs. Une cheffe de service à temps partiel, 40% des nominations de femmes au rôle de préfètes et sous -préfètes et une préposée à l’office du registre du commerce dans le Haut-Valais, voilà des actes qui marque le trend de Frédéric Favre « Des femmes compétentes pour un État compétent et représentant de sa population »

La vague verte ? Frédéric Favre en tant que membre d’Avenir écologie se bat également pour un Valais plus vert. Il a fait en sorte que notre Valais avance pour la cause environnementale avec des propositions réfléchies, comme la prime à l’achat de véhicules électriques. Il faut continuer cette réflexion cantonale autour de l’environnement car elle est d’autant plus compliquée qu’avec nos vallées, nos plaines et nos montagnes, nous ne pourrons pas mettre tout le monde à vélo.

Lui, qui vient d’une grande entreprise, a fait en sorte que notre administration soit plus efficiente notamment avec la digitalisation. En 2020 et 2021, avec le coronavirus, il a fallu télétravailler. Heureusement, l’expérience du secteur privé de Frédéric Favre a permis de mettre en place le nécessaire sans que le citoyen ne soit impacté par une perte dans la qualité du service.

En tant que ministre du sport, il a mis en place la loi sur le sport pour mieux soutenir les infrastructures sportives cantonales. Celle-ci a permis, entre autres, la création de la Lonza Arena. En parallèle, il a soutenu la création d’une équipe cantonale U17 et U20 de hockey sur glace car il faut offrir aux jeunes de notre canton des perspectives de développement dans le sport.

En tant que ministre de la Sécurité, il a permis la création d’une section visant à lutter contre la cybercriminalité mais aussi le renforcement de la lutte contre les violences domestiques. Ce développement de la police de notre canton a d’ailleurs été soutenu à l’unanimité du parlement.

Frédéric Favre, c’est beaucoup de pragmatisme et pas des promesses non-tenues. D’ailleurs une phrase qu’il dit souvent autour d’un verre et qui résume bien l’homme politique qu’il est : « Je ne fais jamais des promesses que je ne peux pas tenir ».

Pour le soutenir rien de plus simple, il faut voter pour lui et faire voter. Il nous reste 5 jours actuellement pour le faire élire. Chaque voix compte et si chacun rappelle à une ou deux personnes de voter pour Frédéric Favre alors nous pourrons compter sur un conseille d’État compétent au sein de notre prochain gouvernement.

Il l’a prouvé. Frédéric Favre est apte et mérite qu’on lui accorde 4 ans de plus pour qu’il puisse continuer son travail. Notre député d’Entremont Steve Delasoie le dit : « Le Job n’est pas fini… ».

Voter ne prend que peu de temps mais il permet de faire coïncider notre Canton à notre vision et à nos envies alors :

Prenez vos stylos et vos téléphones ! Votez et faites voter Frédéric Favre au Conseil d’État !

 

 

Par Adeline Crettenand, membre de la constituante, députée-suppléante